L’Autorité de Sûreté Nucléaire

Des crises à la prévention des risques
« L’improbable n’est pas impossible »
Le lancement de la thématique « gestion de crise, prévention des risques » de la promotion FNEP 2012 a bénéficié le 14 juin dernier d’une conférence exceptionnelle de Monsieur André-Claude LACOSTE, Président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire, à l’initiative de Monsieur François GERIN, Président des Amis de la FNEP.
Etaient présents Monsieur le Préfet Michel SAPPIN, mentor de la Mission 2012, Monsieur Hubert de MESNIL, Président de la FNEP, les membres du bureau des Amis de la FNEP, et bien entendu les missionnaires actuels, ainsi que quelques anciens.
La présentation fut passionnante sur le fond, brillante dans la forme, caractérisée par un réel franc parler, et suivie d’une discussion ouverte et très riche.
• Les missions de l’ASN
Monsieur LACOSTE a présenté dans un premier temps les missions de l’ASN : contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection de 150 installations nucléaires de base et du nucléaire de proximité (radiologues, dentistes…), mais également information et sensibilisation du public sur les problématiques de sûreté nucléaire.
Les métiers de l’ASN sont multiples : réglementation, autorisation, contrôle (2000 inspections par an organisées par l’ASN : inspections inopinées, réactives et décennales), information et participation à la gestion des crises.
L’intervenant a insisté également sur le rôle international de l’ASN, dont la renommée au-delà de nos frontières a été encore renforcée depuis la crise de Fukushima, et sur ses valeurs : compétence et rigueur, indépendance et transparence, présentant l’Autorité comme « un morceau d’Etat qui ne rapporte pas au Gouvernement ».
• Conséquences de l’accident de Fukushima
André-Claude LACOSTE a souligné qu’« il y aura un avant et un après Fukushima, de même qu’il y a eu un avant et un après Tchernobyl ». Fukushima est un accident majeur, bien que les rejets radioactifs soient cinq à dix fois inférieurs à l’accident de Tchernobyl.
Ce qui s’est passé à Fukushima confirme que, malgré les précautions prises, un accident est toujours possible, y compris en France : « l’improbable n’est pas impossible »

Du côté français, l’ASN considère qu’il n’y a pas matière à fermer des installations dans l’immédiat mais que la poursuite des exploitations nécessite une augmentation de la sûreté.
• La gestion des crises nucléaires
Monsieur LACOSTE a rappelé qu’il n’existe pas en France de système spécifique de gestion de crise technique. Notre pays n’a pas connu de crise grave ayant entrainé la nécessité d’évacuer des populations. La gestion de crise en France, se limite donc, aujourd’hui, à des exercices.

• Questions et réponses
• Collaboration entre les acteurs publics et privés
Monsieur LACOSTE a souligné qu’un bon degré de confiance entre les autorités, les exploitants et le public est essentiel. Toutefois, le rôle de l’ASN en ce domaine consiste à promouvoir la confiance entre l’ASN et le public, d’une part, et entre l’ASN et l’opérateur, d’autre part. Le développement de relations de confiance entre l’opérateur et le public n’est pas de son ressort.
• Les directives données par une maison-mère à l’exploitant local d’une installation nucléaire peuvent-elles être un frein à la résolution de la crise ou une gêne dans la qualité de la relation entre l’exploitant et le préfet local ?
Monsieur LACOSTE a souligné que c’est à l’exploitant de prendre les décisions en matière de sûreté, la mission de l’ASN étant une mission de contrôle. Il s’agit d’une règle de base de l’AIEA, inscrite dans la loi française.
• Quelles sont les modes d’information des populations riveraines des centrales – comment sont-elles impliquées ?
Même s’ils ne correspondent pas totalement à la crise qui se produira, les exercices sont le seul moyen de progresser, et l’ASN s’attache à les rendre le plus proches possible de la réalité.
• Quelles devraient être les indemnisations suite à des crises nucléaires, notamment lorsque des zones importantes sont sanctuarisées pendant plusieurs années voire dizaines d’années ?
L’IRSN a évalué l’indemnisation qui pourrait être due en cas d’accident moyen à 70 milliards d’Euros. Pour Fukushima, l’évaluation se situe entre 500 et 1200 milliards d’Euros.
– Collaboration européenne et internationale
L’ASN a publié des prises de position sur le fait qu’elle ne souhaite pas de nucléaire « low cost ». Publier des positions est le seul moyen dont dispose l’ASN pour faire connaître son avis sur ce sujet. Elle n’a pas de moyen juridique d’intervenir directement à l’étranger.
Monsieur LACOSTE a souligné que c’est en privilégiant une approche « bottom-up » que l’on fera évoluer les mentalités. Les Autorités de sûreté et de radioprotection privilégient les clubs informels, permettant des échanges puis des prises de positions et des propositions aux institutions qui peuvent les adopter.
• Comment gérer des crises longues ?
Monsieur LACOSTE a souligné la nécessité de viser la diminution de la fréquence des accidents et la mitigation de leurs conséquences (diminution de la gravité des conséquences).
• Comment les personnels « tiennent-ils le coup » dans la durée (notamment pendant la crise de Fukushima où des équipes se relayaient 24h/24 – 7j/7 pendant plusieurs semaines) ?
Monsieur LACOSTE a souligné que les conditions essentielles pour qu’une équipe puisse tenir sur la durée sont :
– l’entraînement de tout le personnel ;
– la croyance des équipes à l’utilité de ce qu’elles font (un esprit collectif et l’adhésion de tout le personnel) ;
Pour lui la gestion de la communication en France sur la crise de Fukushima a été la démonstration de la valeur de ce que l’ASN dit et fait depuis plusieurs années.

• Conclusion
Monsieur Hubert de MESNIL, Président de la FNEP, a abordé la question des rapports de l’ASN avec le monde politique, et suggéré qu’il conviendrait peut-être de s’interroger sur la façon dont on pourrait « prévenir le monde politique de lui-même ».
Monsieur André-Claude LACOSTE a souligné, pour conclure, que l’indépendance de l’ASN est en toute hypothèse conditionnée par sa bonne entente avec l’E

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :